Département du Gers
logo

Le choeurLes peintures

L’église

L’église de Panjas :

L’église Saint-Laurent est le témoin de deux époques et de deux styles nettement différenciés.

Le chevet (au levant, comme dans toutes les églises anciennes) est du pur style roman.

La nef, qui a remplacé peut-être, trois nefs romanes détruites pendant la guerre de Cent Ans, fut construite au XVème ou au début du XVIème siècle : ceci explique le style gothique.

Le chevet est orné de fresques qui s’imposent à l’attention par leur ancienneté, puisqu’elles datent du XIIème siècle, par l’ampleur de leur développement et par la variété des thèmes traités. De ce triple point de vue il s’agit d’un ensemble des plus remarquables du Sud-ouest...

Les peintures romanes du chevet de l’église:

(d’après l’abbé Gilbert LOUBES - 1927/1998)

Découvertes sous un épais badigeon, ces fresques furent décapées vers 1850.

Quoiqu’abusivement restaurées, elles s’imposent à l’ attention par leur ancienneté (XIIème siècle), l’ampleur de leur développement, la variété des thèmes traités. De ce triple point de vue il s’agit peut-être de l’ensemble le plus remarquable du Sud-ouest.

Les fresques se repartissent sur quatre étages :

- Premier étage : Dans les 8 arcatures du bas, groupés, des personnages en pied, de grande taille, qui sont tous vraisemblablement des Prophètes et des Apôtres . Quelques-uns sont identifiables : St Paul, St-Jacques, Jérémie , le Roi David.

- Deuxième étage : Au-dessus des arcatures sont retracés la vie et le martyre du diacre Saint-Laurent , patron de la paroisse et de l’église. Visiblement ces scènes sont mises en parallèle avec celles de la passion et de la mort du Christ, immédiatement au-dessus.

  • 1er tableau : Le pape Saint-Sixte est arrêté et recommande à Laurent le service des pauvres.
  • 2ème tableau : Laurent, trésorier de l’église de Rome, distribue aux pauvres les aumônes.
  • 3ème tableau : Saint Sixte est décapité tandis que Laurent est arrêté.
  • 4ème tableau : Laurent, dans sa prison rend la vue à un aveugle.
  • 5ème tableau : Sommé d’apporter à l’empereur Valérien les trésors de l’église,

Laurent amène tous les miséreux et les éclopés rencontrés dans les rues de Rome. L’Empereur, furieux, le condamne à mort.

  • 6ème tableau : Saint-Laurent subit divers supplices puis est étendu sur le gril du martyre où il est grillé à petit feu.
  • 7ème tableau : Le corps du Saint est enseveli tandis que son âme (représentée sous forme d’un jeune homme entouré d’un nimbe ovale) monte au ciel.

- Troisième étage : La Passion , la mort et la résurrection du Christ

  • 1er tableau : L’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem , le jour des Rameaux.
  • 2ème tableau : Les vendeurs chassés du temple.
  • 3ème tableau : La dernière Cène
  • 4ème tableau : L’arrestation de Jésus au jardin des oliviers.
  • 5ème tableau : Le Crucifiement La synagogue s’effondre tandis que l’Eglise recueille le sang du Christ. L’une et l’autre sont personnalisées sous les traits d’une femme.
  • 6ème tableau : La résurrection
  • 7ème tableau : L’apparition aux Saintes Femmes.

- Quatrième étage : (à la voûte). Représentation du ciel selon l’Apocalypse de Saint-Jean.

Sur quatre rangées, les vingt quatre vieillards tenant fiole à parfum et instrument de musique.

Dans le cul-de-four : le Christ assis sur son trône de gloire et bénissant. Au dessus de lui, la colombe symbole de l’Esprit et Dieu le Père ; Tout autour, l’ange, le lion, le taureau et l’aigle symboles des Quatre évangélistes.

On peut regretter certes des réfections maladroites (entre autres le Christ en Majesté) mais certaines scènes respirent un air de parfaite authenticité (par exemple la Crucifixion).

Mieux dégagées et mises en valeur, les fresques de PANJAS qui attirent déjà de nombreux connaisseurs et spécialistes retiendront l’attention d’un large public.